Contacts

Agenda

Pas d'événement programmé

ReFaire, nouvelles pratiques, nouvelles fabriques

Télécharger la synthèse de l’expédition .pdf

Le contexte

L’industrie a rencontré le numérique depuis des décennies, mais que se passe-t-il quand les techniques et les outils de conception-fabrication assistée par ordinateur (CFAO) se banalisent et se démocratisent ? Qu’est-ce qui change quand les pratiques d’innovation « ouverte » issues du numérique s’exportent dans la conception et la production des objets industriels ? Quel effet les « Fab Labs » et les makers qui s’y activent pourraient-ils avoir sur l’industrie du futur, sur l’invention des objets de demain ?

De mars 2012 à septembre 2013, l’expédition « ReFaire », qui associait la Fing, Nod-a et Nodesign, a ainsi exploré l’avenir de la conception et de la fabrication numériques, abordé sous l’angle de sa démocratisation, de son ouverture aux amateurs, bricoleurs, étudiants, petits entrepreneurs ou innovateurs sociaux. Elle en a ramené plusieurs intuitions fortes, qui s’adressent tant aux entreprises qu’aux pouvoirs publics, aux réseaux d’innovation qu’aux lieux de formation et de culture scientifique et technique.

Des exemples

Wikispeed

En 3 mois, grâce au recours à des méthodes agiles issues du développement logiciel, une équipe de gens dispersés géographiquement, qui ne se connaissaient pas au préalable, à conçu et réalisé une automobile qui consomme 2,35 litres aux 100 Km.

Arduino

Pour rendre facile et peu coûteuse la création d’objets interactifs et « intelligents », un groupe de designers italiens a conçu Arduino, un contrôleur électronique « open source ». On en retrouve aujourd’hui plusieurs millions, dans des produits extraordinairement divers.

Les Fabs Labs

Issus d’un programme de recherche-action du MIT, ces ateliers de production ouverts à tous et « où l’on peut fabriquer à peu près n’importe quoi » se répandent dans le monde entier, s’interconnectent et font émerger plusieurs réelles innovations, plusieurs succès commerciaux.

reaDIYmate

Pour développer ses kits robotiques en papier, la startup française 23 de Enero a recouru à tout un écosystème : financement participatif par les internautes, prototypage rapide, puis recours à un intermédiaire pour accéder à des usines « flexibles » en Chine.

En Synthèse

Dans le « nouveau monde industriel » que décrit ReFaire, toutes les étapes du cycle de vie des objets – de la conception initiale à la fin de vie – s’ouvrent à l’intervention des makers. Seuls, ou plus souvent ensemble, ils imaginent, conçoivent, prototypent, produisent, vendent, modifient, customisent, réparent, recyclent… toutes sortes d’objets, des plus traditionnels aux plus complexes. Peu de secteurs semblent échapper à leur intervention, pas plus la joaillerie que l’automobile, les équipements médicaux que les biotechnologies. En allant à la rencontre de ces makers, ReFaire a voulu savoir qui ils sont, quels « messages » ils portent et quels nouveaux types d’objets seraient susceptibles d’émerger de ce bouillonnement.

Au service, tant des makers que d’une multitude de designers, de « néo-artisans » et de jeunes entreprises, un écosystème complet se met en place pour aider chaque projet à franchir plus aisément les étapes vers le marché : prototypage, financement, préindustrialisation, petites (ou toutes petites) séries, distribution… A l’aide d’un jeu de cartes, ReFaire décrit cet écosystème et les manières de l’agencer autour de chaque projet.

De nombreux acteurs ont compris les bénéfices à tirer d’une innovation industrielle plus agile, plus ouverte, qui donne plus de place aux compétences manuelles et techniques ainsi qu’à l’expérimentation. ReFaire a contribué aux initiatives du Gouvernementcomme de certaines collectivités territoriales dans le développement des « Fab Labs ». Mais surtout, ReFaire s’est intéressé à l’émergence de « Fab Labs d’entreprises », contribuant même à la création de deux d’entre eux.

Rebouclant enfin la boucle entre la conception des produits et « l’internet des objets », ReFaire s’est intéressé à l’autre face des objets industriels d’aujourd’hui :l’« aura numérique » qui les précède, les entoure et subsiste sous forme de traces. Si la conception des objets a vocation à s’ouvrir davantage, il en va de même de leur aura numérique, et cette ouverture produira également une vague d’innovation à anticiper.

Les essentiels

Les articles refaire paru dans internetactu.net le média de la Fing

Des cartes pour s’approprier l’écosystème du nouveau monde industriel émergent.

« Fab Lab : l’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle », Fabien Eychenne, Fyp éditions, La Fabrique des Possibles, 2012

« Tour d’horizon des Fab Labs » Ce rapport conclut et fait part de la visite et analyse d’une dizaine de lieux de fabrication numérique à travers le monde

Le groupe du réseau social de la Fing

Vous & la Fing

Participez à nos travaux

Les échanges et productions se déroulent sur le réseau collaboratif de la Fing.

Proposez un projet

Vous avez un projet innovant qui fait le lien entre transition numérique et transition écologique à valoriser ou nous présenter.

Suivez-nous